Qui n’a jamais rêvé de vivre une année d’études à l’université digne du film « l’Auberge Espagnole » ? Effectuer une partie de son cursus d’études supérieures à l’étranger lors d’un échange avec une université anglophone et découvrir la vie étudiante dans un autre pays, entourés d’étudiants internationaux présente de nombreux atouts. On vous en dit plus.

Etudier à l’étranger, quel intérêt ?

Découverte d’une culture, d’une langue, rencontres… Le tout inclus dans le cursus scolaire permettant de poursuivre ses études au retour en France. Ça donne envie, non ? Alors certes, quelques formalités administratives s’imposent, mais une année d’échange universitaire mémorable vaut bien un petit formulaire de candidature en ligne et quelques modalités d’inscriptions.

Un bon point pour les études

De plus en plus d’Universités et d’Écoles supérieures proposent un séjour à l’étranger dans leurs programmes d’études et des échanges d’étudiants. Passage obligatoire ou facultatif, stage, semestre… Le point commun reste la facilité de partir sereinement, les programmes de formation sont faits pour pouvoir suivre la suite des cours dès le retour en France.

Renseignez-vous auprès du bureau des relations internationales de votre école sur les universités partenaires dès vos premières années d’études.

Et un échange en pays partiellement francophone ?

Des programmes d’échanges avec les universités du Luxembourg, de Belgique ou du Québec ont aussi leurs avantages en termes de découvertes et d’enseignement ! Non seulement certaines écoles sont anglophones, mais les compétences autres que les langues sont aussi un bénéfice fantastique suite à un tel voyage. Les interactions entre les étudiants et les enseignants ne sont pas les mêmes dans tous les pays, on découvre une autre approche de l’éducation, on développe sa capacité d’adaptation, son ouverture d’esprit et autres compétences.

Quels sont les pays préférés des étudiants ?

Erasmus + et autres échanges

Programme bien connu en Europe, Erasmus+ a permis, en 30 ans d’existence, à 9 millions de personnes de vivre l’aventure. Aujourd’hui, ce sont plus de 30 pays participants : ceux de l’Union européenne mais aussi l’Islande, le Liechtenstein, la Croatie… Une belle évolution !

En mobilité en générale, les 3 destinations préférées des étudiants français sont la Belgique, le Royaume-Uni puis le Canada.

Top 4 des pays d’accueil des étudiants internationaux en formation diplômante :

  • N°1 : États-Unis
  • N°2 : Royaume-Uni
  • N°3 : Australie
  • N°4 : France. Les étudiantes et étudiants étrangers viennent profiter de ces échanges avec les grandes écoles et universités de Paris, Créteil, Lyon, Lille, Toulon ou de nombreuses autres villes en France.

Quelles sont les meilleures universités ?

En 2019, le top 10 des universités dans le monde, toutes matières confondues, sont situées aux Etats-Unis ou au Royaume-Uni. Raison de plus pour y faire un tour et profiter d’un échange universitaire avec le monde anglophone !

Un réel atout sur un CV pour une meilleure employabilité

L’échange dans une université anglophone est l’assurance d’un atout linguistique nécessaire à votre carrière et bien sûr très apprécié des recruteurs.

C’est pour toutes ces compétences transversales que de nombreuses entreprises valorisent les candidats ayant effectué un séjour d’études à l’étranger.

En moyenne, les jeunes ayant eu une expérience de mobilité internationale ou échange universitaire se voient favorisés pour l’accès à l’emploi :

  • Accès au 1er emploi en 2,9 mois (contre 4,6 mois pour les autres).
  • 37% accèdent à un CDI au 1er emploi (contre 26% pour les autres).
  • Moins souvent au chômage au cours des trois premières années de leur vie active.

En savoir plus sur l’emploi après ERASMUS ? Téléchargez le guide de l’emploi ERASMUS.

Pourquoi traduire ses documents universitaires ?

Traduire pour mieux partir…

Vous partez à l’étranger dans le cadre de vos études, TOEFL en poche, prêts étudier dans l’université de vos rêves… Mais voilà, vos diplômes, vos relevés de notes et appréciations (pourtant exemplaires !) sont en français. Que vous partiez à Tokyo, à Cambridge, à Berlin ou à Raleigh, l’organisme d’accueil aura besoin de ces documents dans sa langue.

… Et traduire pour mieux revenir

Et le principe est le même à votre retour. Vous rentrez dans votre IUT (Institut Universitaire de Technologie) après un semestre passé dans l’université d’Ottawa, Shanghai ou Dublin ; vous avez découvert les sciences humaines et sociales, le marketing, la médecine ou toute autre discipline sous un autre angle… vous avez beaucoup appris ! Côté pratique, votre université aura besoin de vos notes, des équivalences et appréciations pour les ajouter à votre dossier actuel. C’est le moment de les faire traduire.

La traduction assermentée, qu’est-ce que c’est ?

Traduire, oui, mais dans les règles. Un organisme de traduction assermentée (ou certifiée conforme à l’original) vous assure une traduction exacte et reconnue officiellement.

Prenons le cas d’un échange universitaire dans le monde anglophone. Vous partez 6 mois à New-York pour un stage au Microsoft Technology Center. Vous aurez besoin de présenter vos diplômes pour accéder à ce stage. A votre retour, votre supérieur vous écrit une lettre de recommandation en anglais ? Super ! Faites-la traduire par un organisme reconnu pour avoir une version certifiée conforme à l’originale, en français.

La traduction assermentée, un gage de qualité

La norme européenne EN 15038 implique certaines procédures à suivre pour les organismes de traduction assermentée :

  • Faire traduire les documents par des traducteurs agréés
  • Une relecture par le traducteur de ce dossier
  • Une relecture par une tierce personne (également agréée) pour vérifier l’adéquation entre le document original et la traduction
  • Apposer la signature du traducteur assermenté auprès de la Cour d’Appel ainsi que son sceau pour valider l’officialisation du document.

Pensez à l’équivalence des notes

La traduction assermentée traduit de manière littérale un document, sans procéder à des “équivalences” de notations réservées aux écoles et universités. Impossible donc de modifier le système de notation qui varie d’un pays à l’autre. Un 40% dans les universités anglaises est considéré comme la moyenne, soit un 10/20 français. En Allemagne, 1 sera la meilleure note et le minimum pour valider son examen est 4. Aux Etats-Unis, les points sont comptabilisés avec des lettres de A à F.

Faites appel à une agence spécialisée qui pourra vous conseiller et vous proposer, en fonctions de vos besoins, la traduction d’un relevé de notes avec appréciations ou la traduction d’un relevé de notes simple (sans appréciation) ou encore de vos diplômes.

Un conseil : pour la traduction assermentée d’un diplôme ou d’un relevé de notes, joignez à votre traduction une lettre expliquant l’équivalence pour votre interlocuteur en France.

Effectuer un échange universitaire à l’étranger, notamment dans une université anglophone, permet de vivre une expérience inoubliable, de se perfectionner en langues, d’apprendre de manière différente des matières vues en France, de développer son adaptabilité et surtout, d’augmenter ses chances sur le marché de l’emploi par la suite. Alors, on fonce ?