Vous cherchez un job à l’étranger dans un pays anglophone ? Il est donc temps de préparer votre CV en anglais. Exit la traduction littérale, on repart de zéro pour créer un CV adapté à la culture anglo-saxonne. Rubriques indispensables, vocabulaire incontournable, mais aussi différences marquantes entre les CV français et anglais ainsi qu’entre les CV britanniques et américains, on vous donne nos conseils pour mettre en valeur votre parcours et vos compétences.

 

Les rubriques

Votre CV doit comporter un certain nombre de rubriques spécifiques. Jusque-là, peu de différences avec un CV français, me direz-vous. Pourtant, l’importance de ces différentes parties peuvent varier d’un pays à l’autre. Tout comme pour un CV français, vous pouvez jouer sur la mise en page en listant simplement les rubriques les unes après les autres ou en créant des colonnes et des espaces. Attention toutefois à rester sobre !

 

Informations personnelles / État Civil : « Personal Data »

Ici, pas de photo ou d’informations trop personnelles pouvant être discriminatoires. On oublie donc l’âge, la date de naissance, le sexe, la situation familiale, etc. Restez au plus simple avec votre nom et prénom, vos coordonnées (numéro de téléphone, adresse mail, adresse postale). Vous pouvez ajouter un lien vers vos réseaux sociaux professionnels comme LinkedIn ou vers Skype.

A noter : Puisque vous postulez à l’étranger, vous pouvez ajouter votre nationalité, Par ailleurs, le recruteur aura accès à de plus amples informations via vos réseaux sociaux. N’oubliez pas de les traduire avant d’envoyer vos CV !

 

Objectif professionnel : « professional goals » (UK) ou « career planning » (US)

Cette rubrique est l’accroche du CV, ce que le recruteur doit retenir. Résumez en quelques lignes vos connaissances et compétences liées au poste visé. Soyez concis (trois ou quatre lignes maximum) et adapté au poste. Cela peut remplacer le titre du CV que l’on trouve souvent en France.

 

Expérience professionnelle : « Work experience »

Cette rubrique est de loin la plus importante sur votre CV, surtout en anglais. Les Américains attachent beaucoup d’importance à l’expérience, plus qu’au parcours universitaire et aux diplômes, sauf s’ils ont été obtenus dans des écoles particulièrement prestigieuses.

Indiquez toutes vos expériences professionnelles pertinentes et présentez-les dans l’ordre antéchronologique, de la plus récente (voir actuelle) à la plus ancienne.

Mettez-vous dans la peau de votre recruteur. Connaît-il l’entreprise pour laquelle vous avez travaillé ? N’hésitez pas à la décrire, spécifier son secteur d’activité, etc. Indiquez également vos missions précises, vos responsabilités, vos projets et résultats marquants, donnez des chiffres et des accomplissements concrets.

Utilisez des verbes d’action pour décrire vos missions. Pour votre poste actuel, privilégiez le présent continu (base verbale +ing) et pour les postes précédents, le prétérit (base verbale + ed ou verbes irréguliers).

Attention au vocabulaire spécifique à votre secteur d’activité. Lorsque vous répondez à une annonce, pensez à inclure les mots-clés de celle-ci.

 

Formation : « Education »

Tout comme pour votre expérience professionnelle, indiquez vos études en commençant par le dernier diplôme obtenu jusqu’au baccalauréat.

Les diplômes français ne sont pas toujours connus des recruteurs anglo-saxons. Veillez donc à traduire les équivalences , mais attention… pas n’importe comment !

Pour les diplômes et formations spécifiques à la France, comme le baccalauréat ou les classes préparatoires, vous pouvez laisser le titre en français et ajouter « eq. to … » pour « equivalent to … ». Pour les diplômes tels que Licence, Master, Doctorat etc., vous pouvez directement indiquer la traduction.

 

Compétences : « Professional skills »

Cette rubrique met en valeur des compétences que vous avez pu déjà mentionner dans vos formations et expériences professionnelles.

C’est ici que vous préciserez vos compétences en informatique ou toute autre compétence sociale ou technique utile pour ce poste, que ce soit l’utilisation de logiciels spécifiques (pensez à les lister précisément), de matériels ou de machines et outils.

 

Langues : « Languages »

On retrouve parfois cette rubrique incluse dans les compétences. Pour un poste à l’étranger, mettez vos langues en valeur en les séparant de vos autres compétences.

Soyez honnêtes et ne surestimez pas votre niveau de langue, cela se verrait vite au moment de l’entretien d’embauche et vous risqueriez de perdre en crédibilité. Indiquez simplement votre langue maternelle, votre niveau d’anglais et, le cas échéant, des autres langues que vous parlez.

Ajoutez vos certifications en langues comme le TOEIC et le TOEFL si possible avec le résultat et l’année d’obtention.

Vous pouvez également parler de vos séjours linguistiques dans le cadre de stages, de travail ou d’apprentissage de l’anglais.

 

Divers : « Miscellaneous » ou « additional informations »

Cette rubrique assez vague permet d’ajouter ce que vous souhaitez faire figurer dans votre CV sans que cela ne rentre dans les autres catégories. C’est ici par exemple que vous préciserez que vous avez le permis de conduire.

Parlez de vos activités sportives ou artistiques en précisant votre implication dans ces domaines. Le volontariat et les activités associatives sont un plus, n’hésitez pas à développer ce point.

 

Références : « References »

Cette rubrique est indispensable dans un CV anglophone. Citez deux ou trois personnes pouvant vous recommander avec leurs coordonnées. Indiquez également leur lien avec vous, qu’il s’agisse d’un ancien professeur ou d’un supérieur hiérarchique.

Attention à demander leur accord avant de les citer ! Vous pouvez également leur demander une lettre de recommandation (si possible en anglais, ou à faire traduire) que vous pourrez joindre à votre dossier de candidature.

Sinon, vous pouvez simplement indiquer que vous tenez ces informations à la disposition du recruteur avec la formule « References available upon request » (références disponibles sur demande). Vous ne donnerez alors ces contacts (toujours avec leur accord) que si le recruteur vous les demande explicitement.

 

Rubrique facultative – Réussites clés : « Key achievement »

Vous pouvez ici indiquer vos réussites académiques et/ou professionnelles dont vous êtes fier et qui mettent en valeur vos compétences ou qui sont en lien avec le poste visé.

 

Attention au vocabulaire !

Oubliez la traduction littérale ou les outils de traduction automatique. Pour un bon CV en anglais, il est primordial de le penser et l’écrire directement dans la langue de Shakespeare.

 

Le vocabulaire lié à votre secteur d’activité

Commencez par vous renseigner sur le vocabulaire lié à votre secteur d’activité (inutile de connaître tout le vocabulaire spécifique au marketing si vous travaillez dans le transport !). Repérez les mots-clés utilisés dans l’offre d’emploi et faites un tour sur le site web de l’employeur pour éventuellement en sélectionner d’autres.

 

Les titres de diplômes à traduire

Certains diplômes et formations n’ont pas d’équivalences et doivent être expliqués. C’est le cas notamment des écoles préparatoires, où il faudra noter par exemple « Two-year intensive program preparing for the national competitive exams for entry to business/engineering schools ». Pour les autres, il suffit de connaître et indiquer les équivalences.

  • Doctorat = PhD
  • Master = Master’s Degree
  • Licence = Bachelor’s Degree
  • BTS = Two-year technical degree
  • DUT = Two-year university degree in technology
  • Baccalauréat = A-Level (au Royaume-Uni) ou High School Diploma (aux Etats-Unis)

// Plein d’autres conseils dans notre article “ pourquoi faut-il traduire ses relevés de notes pour postuler dans une université étrangère ? ” //

 

Quelques mots de vocabulaire

  • Langue maternelle = Native language ou Native speaker
  • Anglais courant = Fluent English
  • Bon niveau = Good skills
  • Niveau professionnel = Working knowledge
  • Connaissances de base = Conversational English
  • Stages = Internships (aux Etats-Unis) ou Placements (Au Royaume-Uni)
  • Permis de conduire = Driving license
  • Lettre de motivation = Cover letter
  • Compétences = Skills
  • Parcours = Background
  • Réalisations = Achievements

L’anglais britannique et l’anglais américain

Selon le poste que vous visez, s’il se trouve au Royaume-Uni ou aux Etats-Unis, le vocabulaire ne sera pas le même puisque l’anglais américain et l’anglais britannique comportent des différences. Outre le titre du baccalauréat, d’autres mots de vocabulaire diffèrent. On parlera de « CV » chez nos amis d’Outre-Manche, tandis qu’Outre-Atlantique ce sera plutôt « Resume ». Les premiers parleront de « diplômas » et « work placements » tandis que les seconds de « degrees » et « internships » …. Renseignez-vous avant de rédiger votre CV pour être certain d’utiliser le vocabulaire le plus adapté à votre cible.

Conseil : Pensez à bien vous relire et demandez l’avis d’un natif du pays, si possible une personne habituée à voir des CV (travaillant aux RH, suivant régulièrement des recrutements etc.) ou consultez une agence de traduction assermentée spécialisée.

 

Le point sur les différences de CV

CV français vs. CV anglo-saxon

On l’a dit, les CV français et anglo-saxons ne sont pas exactement conçus de la même manière. On note principalement l’absence de données jugées trop personnelles sur un CV anglophone où on ne met ni photo, ni âge, ni sexe.

Les activités extra-professionnelles sont particulièrement valorisées, notamment le bénévolat, les activités caritatives, l’implication dans des associations, en tant que capitaine d’équipe sportive, etc.

Pour l’Angleterre comme pour l’Amérique du Nord, il ne faut pas lésiner sur les informations chiffrées et détaillées des expériences professionnelles en indiquant les missions, les projets, le nombre de personnes sous ses ordres, les réussites, etc.

Sur la forme, contrairement à la France qui n’accepte les CV à deux pages que dans des cas très exceptionnels (d’une carrière longue et où les différents postes sont pertinents pour celui visé) les anglo-saxons sont plus souples et laissent plus de marge en acceptant les CV aérés sur deux pages. Attention à ne pas exagérer et ajouter de l’espace juste pour tenir en longueur. Mieux vaut un CV court et percutant qu’un CV long et creux !

 

CV britannique vs. CV américain

Outre le vocabulaire qui varie d’un pays à l’autre, la manière d’écrire la date change également. Ce qui peut paraître anodin peut changer la perception de durée. Les Anglais utilisent le même ordre que les Français pour une date (ex : 12 June, 2019 / 12.06.19 pour le 12 juin 2019) tandis que les Américains indiqueront en premier le mois (ex : June 12, 2019 / 06.12.19).

Par ailleurs, les CV (ou resume pour les Etats-Unis) ne nécessitent pas de mettre l’accent sur les rubriques de la même manière. Aux Etats-Unis, par exemple, vous êtes invité à indiquer dans la rubrique formations, sous chaque diplôme, les jobs étudiants qui vous ont aidé à financer vos études si c’est le cas comme souvent Outre-Atlantique. Sur un CV pour le Royaume-Uni, vous êtes invité à préciser les matières suivies, les résultats obtenus, les projets suivis etc. lors de vos études.

Rédiger un CV en anglais pour un poste à l’international nécessite une réécriture complète en pensant différemment. Les rubriques principales sont similaires à celles que l’on retrouve sur un CV français mais l’accent n’est pas mis de la même manière sur chacune d’elles. Les informations trop personnelles sont à proscrire mais les descriptions plus détaillées des précédents postes occupés sont valorisées. Prenez garde au vocabulaire adapté à votre secteur d’activité et aux nuances entre l’anglais britannique et l’anglais américain. Adaptez votre CV non seulement à l’entreprise que vous visez mais aussi à son pays, et aux nuances liées à la culture de celui-ci. Et surtout : relisez-vous et faites-vous aider par un natif anglophone, si possible du même pays voire d’une agence de traduction assermentée !

%d blogueurs aiment cette page :