La “phobie administrative”, maladie imaginaire qui surgit dès lors que le mot “organisation”, « administratif » ou encore “paperasse” se glisse dans une conversation, laissant le plus souvent place à une procrastination totale. En période de deuil ou en phase de préparation d’une succession, souvent le temps presse et la lucidité n’est pas toujours au rendez-vous.

Depuis 2013, la death tech regroupe de jeunes sociétés très digitales qui se sont saisies à bras le corps de ce terrain de jeu. Et oui, plus aucun secteur n’échappe à la révolution numérique, pas même celui des pompes funèbres et des notaires, souvent décrits comme très conservateurs !

Vous vous demandez sûrement en quoi ce pari audacieux consiste-t-il ? Celui-ci est-il légal ? Comment se fait-il que la transmission post-mortem suivie de l’identité numérique prenne autant de place au point de créer un véritable business du repos éternel ? Est-ce un terrain glissant ou au contraire novateur ?

Comment anticiper simplement une succession à l’aide du numérique ?

Il y a sur le marché un nombre conséquent d’entreprises qui se sont penchées sur la question des pompes funèbres des temps modernes. Elles ont toutes le même objectif prioritaire : améliorer l’ensemble des différentes étapes de notre vie et surtout, nous permettre d’anticiper en particulier celle qui nous effraie le plus (généralement, la dernière…), en allégeant la lourdeur des démarches funéraires.

En sa Mémoire est par exemple le numéro un en France de l’entretien des tombes. Advitam vous offre une prestation clef en main optimisée vous évitant toutes démarches et négociations. Certaines entreprises tentent quant à elles de se positionner comme des acteurs qui vous aident à anticiper toute succession.

Testamento compte comme parmi l’une des plateformes les plus en vue d’anticipation de la succession. Elle a été développée en étroite collaboration avec des avocats et des notaires. Une plateforme accessible qui s’engage à garantir le respect de l’ensemble de vos volontés. Avec un vocabulaire adapté et une approche didactique, elle s’adresse à tous en traduisant avec des mots simples les concepts et règles fiscales et légales les plus complexes. Un exemple éloquent :  les kits “info succession” proposés qui permettent réellement de comprendre pour ensuite agir en toute sérénité.

Le saviez-vous ? Plus de 59% de la population française ne maîtrise pas la fiscalité des successions (source enquête Toluna Le Parisien). Est-ce vraiment étonnant ?? Et seuls 22% des français couchent sur papier leur testament et dernières volontés (source Testamento) !

Pour conserver la simplicité tout au long du processus, Testamento nous propose ses services en ligne sous forme de formules à différents prix. Des testaments olographe express préparés en ligne puis ensuite enregistrés par le notaire au Fichier central des dispositions de dernières volontés rendant le testament totalement légal. Le site propose également un inventaire de vos biens matériels et digitaux, cela serait dommage de les oublier au moment de la succession. Mais Testamento se charge surtout d’éviter de remettre à plus tard vos dernières volontés et vous offre le sentiment d’avoir fait quelque chose de bien pour vous et votre entourage.

Le saviez-vous ? Il existe un Fichier Central des Dispositions de dernières volontés, le FCDDV.

Comment faire traduire simplement les différents actes et documents lors d’une succession ?

Dans le cadre d’une succession ayant un lien avec un pays ou des résidents étrangers, il vous est demandé de produire la traduction assermentée d’un acte (testament, acte de naissance, certificat de paternité, etc.). Une autorité française ou étrangère vous demande la légalisation d’un ou plusieurs documents. Pas de panique, il vous suffit d’aller sur notre site, traductions-assermentees.com et de faire une demande de traduction assermentée de testament ou de tout autre document relatif à la succession (procuration, assurance vie, etc.). Un problème en moins, facilement réglé en quelques clics.

Quelle solution pour ne pas subir la complexité administrative en période deuil ?

Il a été démontré que plus de 90% des successions en France se font sans testament. Une source de conflits considérables, pouvant détruire une famille. Une famille déjà bien anéantie par les conséquences du décès. Il semble donc primordial de s’intéresser à cette anticipation successorale. Lorsqu’on perd un proche, il est difficile de concilier chagrin et contraintes administratives liées aux obsèques.

Avec INMEMORI, en quelques clics et surtout en moins de 24H, toutes les personnes concernées auront accès à l’ensemble des informations. En 3 ans, Inmemori offre déjà un espace en ligne privé et gratuit à plus de 400 000 utilisateurs, un réel réconfort pour la famille. Condoléances, messages, souvenirs, collectes de dons et photos peuvent également être organisés et centralisés dans la plateforme. Des témoignages discrets sont stockés sur l’espace dédié au défunt. Cet espace est accessible partout dans le monde et décharge les familles d’une logistique dure et éreintante.

Autre acteur death-tech de la transmission post-mortem : GrantWill. Grantwill se proclame gardien de votre vie. Il stocke toutes vos données financières numériques, administratives et confidentielles en toute sécurité pour les transmettre à vos proches. Vos documents confidentiels sont stockés dans un coffre-fort numérique. Avec votre aval, l’équipe se charge d’informer les bénéficiaires de vos placements financiers (s’il y a une mésentente familiale qui perdure, il peut être agréable de passer par un intermédiaire). Grantwill vous permet de transmettre ce que vous voulez à qui vous voulez. Des messages personnalisés qui peuvent perdurer dans le temps. Un espace vous sera dédié et c’est votre “guardian angel” (ange gardien) qui y communiquera votre disparition.

Qu’adviendrait-il de nos comptes Facebook et Instagram une fois dans l’au-delà ?

Au 21ème siècle, notre vie digitale regorge de différentes données et traces numériques. Grantwill vous permet de décider de ce que vous voulez faire de chacun de vos comptes numériques et s’occupe de vos souvenirs sur les réseaux sociaux. Une fois parti sous d’autres cieux, Grantwill vous permet même de remercier vos amis un par un.

Il existe donc bien une offre diversifiée regroupée sous l’appellation de death-tech qui, sans “likes” ni publicité, permet d’offrir des espaces élégants et sobres aux familles, qui se propose de traduire dans un langage compréhensible la complexité fiscale et administrative des successions. Au final, on offre à chacun la possibilité d’anticiper et d’éviter toute procrastination qui pourrait avoir des fâcheuses conséquences au sein de familles endeuillées. Par le biais de démarches accessibles et en quelques clics seulement, la transmission post mortem est assurée. Une offre humaine et accessible qui porte déjà ses fruits puisque 26% des jeunes (personnes nées après 1977) ont déjà réglé par écrit leur succession.

Si certaines pratiques disparaissent désormais à cause du digital, d’autres restent encore intactes. Mais dans quelques années qui sera encore étonné de visiter les tombes de nos défunts et de leur rendre hommage de son canapé, la tête chaussée d’un casque de réalité virtuelle…
Que dire aussi de Eterni ? Une startup qui, à base d’intelligence artificielle, propose de créer à tout à chacun son avatar qui le représentera après sa mort… L’avenir nous réserve encore plein de surprises…

%d blogueurs aiment cette page :